Les TIC pour favoriser l’implication cognitive des élèves par David Covino et Geneviève Allaire
12 avril 2017
Améliorer nos rétroactions
12 avril 2017

Emballe-moi! 12 avril

Pour conclure cette journée en beauté, j’ai eu la chance (car la salle était bondée) d’assister à l’atelier Emballe-moi de ce 12 avril. Quelle expérience exceptionnelle ! 25 diapositives, 25 secondes par diapositive, voici le défi qu’avait à relever les présentateurs. Un défi qui fut relevé avec brio par nos quatre brillants animateurs. Je vous propose, ici, une synthèse de chacune de leur dynamique présentation.

Tout d’abord, M. Philippe Demers nous a présenté son vécu avec la programmation à l’école. Il nous rappelle que la programmation est une tendance importante en éducation en ce moment. De nos jours, les élèves sont d’importants consommateurs de contenu numérique. M. Demers a souhaité transformer ce rôle de consommateurs en rôle de créateurs. Il a donc créé un club d’aide TIC dans son école afin de favoriser le co-apprentissage de la programmation. Avec des collègues, il a ensuite démarré une compétition de programmation entre des écoles. L’activité est devenue un succès tant après des garçons que des filles, au primaire et au secondaire. Il croit en la responsabilisation des jeunes en tant que citoyen du numérique.

 

Par la suite, Mme Marie-Élaine Jobin nous a entretenues sur la transformation de sa pratique traditionnelle de l’enseignement vers une classe inversée et une évaluation au service de l’apprentissage. Cette transformation lui a permis d’avoir plus de temps pour être au service de ses élèves. Pour respecter son nouveau modèle pédagogique, elle a cependant dû repenser ses évaluations. Fini les évaluations de 75 minutes maintenant les évaluations s’adaptent au rythme des élèves. Les élèves doivent donc s’inscrire aux tests qu’ils désirent passés et plus importants encore, ils peuvent les reprendre. Elle nous demande : qu’est-ce que ça change que l’élève comprenne le 14 avril ou le 14 mai ? Sa pédagogie lui permet une différenciation pédagogique et une plus grande flexibilité. Maintenant, les élèves ne sont plus pris au dépourvu devant l’échec.

Notre troisième présentateur, M. Maxime Pelchat nous a quant à lui parlé des médias sociaux comme un moteur de la créativité pour les élèves. Il débute en nous rappelant la grande présence des adolescents sur les médias sociaux, en particulier sur Snapchat. Il présente la créativité comme un remix. En effet, il nous apprend que la créativité est en fait un processus qui inclut la copie, la transformation et la combinaison de d’autres idées. Les médias sociaux peuvent être utilisés dans le cadre de ce processus créatif. Il finit en nous présentant quelques applications concrètes de son concept. Par exemple, la réalisation de « memes » sur Instagram.

Finalement, Mme Joannie Girard nous a présenté une inspirante présentation dans un grand plaidoyer pour l’utilisation de la vidéo dans l’enseignement. Elle nous rappelle que YouTube est le deuxième plus important moteur de recherche sur le web et que nos élèves passent en moyenne 40 minutes par connexion sur ce réseau social. Elle suggère entre autres de débuter la matière par une capsule vidéo pour stimuler l’intérêt des élèves ou de leur proposer de présenter la matière qu’ils ont apprise dans un vidéo. Elle conclut en nous encourageants à utiliser la vidéo dans notre enseignement et en nous rappelant une importante vérité : nous sommes les étincelles de l’éducation.

En bref, quatre présentations inspirantes qui placent le germe d’idées extraordinaire dans la tête de tous les congressistes. Si vous en avez l’occasion, je vous encourage fortement à assister à une présentation de style Emballe-moi.

Bonne fin de colloque,

Maxime Legault

 

Équipe de Chroniqueurs Web
Équipe de Chroniqueurs Web
L'équipe de Chroniqueurs Web est composée d'étudiants en enseignement qui livrent leurs impressions sur leur participation au colloque de l'AQUOPS.

Comments are closed.