Créer, collaborer, communiquer : le portail Mozaïk et Office 365
5 avril 2015
Netmaths… Le retour
7 avril 2015

Exploracamp : Défi et innovation

IMG_20150402_104044

Une nouvelle façon de faire pour présenter des projets, est arrivée à l’AQUOPS. Basé sur le système du speed dating, un exploracamp offre 12 minutes aux présentateurs de chaque mini-atelier pour expliquer leur projet. Le thème, défi et innovation, a permis aux animateurs de montrer des utilisations de la technologies complètement différentes les unes des autres.

Ci-dessous, voici la liste des 5 ateliers proposés :

  1. Intégration de TIC et socioconstructivime en classe de math

Atelier animé par Marie-Christine Juteau (Collège Saint-Sacrement) proposant une utilisation différente des outils Excel, Wordt, et GoogleDoc dans sa classe de mathématiques, au secondaire. La présentation de cet atelier sera disponible prochainement sur monurl.ca/aquopsjuteau.

  • Utilisation d’Excel pour découvrir les nombres entiers relatifs.

    Notre intervenante crée des feuilles Excel pour les élèves, à remplir à l’ordinateur, qui répondent automatiquement aux informations encodées. Elle précise qu’elle n’est en rien une programmeuse ou une experte, et que pour créer ces fiches de travail, elle utilise le support de vidéos Youtube.

  • Formules d’aire sur Wordt et sur Excel.

    Les atouts d’Excel seront associés à ceux de Wordt pour découvrir des formules d’aires de figures géométriques. C’est aux élèves à trouver la formule en ayant déjà le résultat et les mesures. « Comment sommes-nous arrivé à la solution avec nos mesures de base? »

  • Division des nombres décimaux et GoogleDoc.

    L’objectif est de mettre en commun plusieurs procédés qui amènent à la même réponse. L’animatrice fait remplir un tableau par les élèves pour qu’ils voient le travail des autres.

  • Résolution de problème en équipe avec un GoogleDoc.

    Il y a 4 parties du problème à réaliser et chacun des élèves écrit sa tâche dans le document en ligne. Par la suite, les 4 membres mettent en commun pour trouver la solution finale. La subtilité est que toutes les parties doivent être présentes pour résoudre le problèmes.

     

    2. Différencier à l’aide des tic (https://differenciationtic.wordpress.com/)

Ghislain Berleur et Maude Vézina (Eulalie-Durocher) sont nos animateurs de cet atelier, présentant plusieurs utilisations des technologies dans le but de réaliser une différenciation dans l’enseignement.

  • Gestion collaborative avec Google Document.

    Avec GoogleDoc, nos animateurs ont créé un tableau avec une colonne fixe remplie avec les concepts et une colonne vide. L’objectif pour les élèves est d’aller chercher les informations dans le cahier de cours (notamment les exercices à réaliser), ainsi que de trouver des trucs et astuces qui vont les aider dans leur compréhension.

  • Questionnaire de présentation avec GoogleDoc.

    En début d’année, nos animateurs proposent un questionnaire aux élèves pour apprendre à mieux les connaître, et ainsi découvrir leurs passions et leurs projets futurs. Les réponses sont reprises sous formes de graphiques de statistiques. Les animateurs peuvent alors observer les tendances de la classe et adapter leur enseignement en fonction des intérêts.

  • Différentiation selon les styles d’apprentissage

    Sur base d’une liste d’objectifs à atteindre, donner aux élèves le choix d’utiliser le document papier, la vidéo explicative. Ils choisissent de travailler par le guide ou l’exploration.

  • Où sont-ils dans les travaux?

    Ils proposent aux élèves d’inscrire dans un GoogleDoc où ils sont rendus dans leur avancement de leurs différents travaux. On peut également retrouver les traces de ce que les élèves sont en train de faire.

  • Confectionner les équipes

    Les animateurs utilisent GoogleDoc pour la création de leurs équipes de travail. A coté de leur nom, ils leur demandent d’inscrire par ordre de préférence les sujets de travaux proposés.

  • Révision personnalisée :

    Se positionner par rapport à leur compréhension. Les animateurs utilisent la magie du post-it pour montrer les exercices à faire pour la révision, pour chaque élève. Apparemment, cela serait plus parlant.

  • Vidéo par l’enseignante

    Pour que leurs élèves puissent découvrir ou revoir un concept, les animateurs ont créé des vidéos d’enseignement explicite de moins de 4 minutes. La création de ce genre de vidéo peut même venir des élèves.

  1. Trousse de mécanisme : imprimante 3D

Cet atelier animé par Robert Vivier (C.s. des Laurentides) et Nancy Brouillette (C.s. de l’Énergie), nous a montré un projet d’une trousse pédagogique mise sur pied pour exploiter l’imprimante 3D avec des jeunes du secondaire. Pour plus d’informations sur le projet :

http://www.csenergie.qc.ca/nouvelles/2014/11/partenariat-reussi-entre-le-college-shawinigan-et-la-commission-scolaire-de-l-energie-trousses-scientifiques-pour-les-eleves-de-2e-cycle-du-secondai.aspx

L’objectif est d’analyser de manière technologique la confection des objets avec une imprimante 3D. « Comment est-ce que l’objet a été créé? »

Durant cet atelier, il nous ont proposé le logiciel SolidWork Edrawing qui nous permet de visionner gratuitement les objets en 3D (http://www.edrawingsviewer.com/). Ce outil lit les fichier en « .easm ».

  1. Discuter avec des personnages marquants du XXème siècle

twitterUtiliser Twitter pour faire travailler les personnages marquants du XXème siècle avec les jeunes de sa classe de secondaire 5 (http://esplm.ca/), voilà le défi que s’était donné Daniel Trépanier (C.s. des Navigateurs). Pour les intéressés voici son site internet: http://www.daniel-prof.com/ .

Apprendre l’histoire est parfois ennuyeux, mais M. Trépanier aurait trouvé une alternative en demandant aux élèves de créer un compte Twitter pour un personnage marquant du XXème. En d’autres termes, soit parmi une liste de choix proposés par l’enseignant soit par des choix personnels, les élèves doivent choisir un personnage et en faire le portrait. Pas n’importe comment, mais en allant faire des cherches précises sur la figure emblématique choisie. Sur la page Twitter, on doit y trouver, des textes, des images, des vidéos, etc. afin que les autres membres de la classe puissent apprendre sur le personnage présenté. Avec l’utilisation de Twitter, viennent ses caractéristiques comme l’écriture d’un message en 140 caractères maximum (sans utiliser d’abréviations). A la fin de la leçon, l’animateur utilise le Formulaire de Google pour que chacun des élèves puissent évaluer le travail des autres. En résumé voici la liste des étapes de la leçon :

  • Choisir un personnage.

  • Créer un compte Google pour pouvoir créer un compte Twitter. Attirer l’attention des élèves sur leur « nom de compte ».

  • Monter une page Twitter sur le personnage et mettre des tweet sur cette page avec des textes, des images, des vidéos, etc.

  • Répondre aux questions des autres élèves en allant, si besoin, chercher l’information sur internet ou dans les livres.

  • Formulaire Google pour évaluer le travail des autres.

  1. École en réseau

Jessica Métivier (Université Laval) est venue nous présenter le modèle de l’école en réseau (http://eer.qc.ca/). Ce dernier est né pour palier à la problématique des petites écoles éloignées. Ainsi, elle nous propose d’utiliser la technologie pour soutenir les échanges, aller au-delà des quatre murs de la classe. Concrètement, un(e) enseignant(e) qui veut travailler sur un projet, va venir frapper à la porte de l’équipe d’EER (École Éloignée en Réseau). Cette équipe va le (ou la) mettre en relation avec un(e) autre enseignant(e) afin que les deux classes puissent échanger même à des milliers de kilomètres. Pour se faire, les enseignant(e)s vont devoir utiliser le logiciel de conférence Via (http://via.eer.qc.ca/Login.aspx) qui permet de communiquer visuellement et oralement, ainsi que le Knowledge Forum 5 Bêta (https://kf.eer.qc.ca/kforum/home.xhtml;jsessionid=X8jj3BZ2sFG8DpU-33I2RvLu.undefined). Ce forum permet une co-construction des connaissances. En effet, chaque élève va venir élaborer sur les idées des autres pour à la fin des séances concevoir ou comprendre un concept.

Critique du journaliste

Ce fût une matinée très enrichissante. Pour une première activité de ce type, cela a été une grande réussite. Les congressistes ont eu l’occasion de recevoir plein d’informations en très peu de temps sur ce qu’on pourrait faire de concret dans les classes avec la technologie, et surtout des activités qui ont fonctionné. De fait, le témoignage de chacun des intervenants est venu enrichir la pratique de tous à un degré différent. Le défi d’utiliser la technologie en classe est grand. Grâce à ces mini-ateliers, les participants se sont sentis outillés pour commencer ou continuer d’utiliser les nouveautés technologiques avec leurs élèves. Ce bloc-atelier devrait être réitérer les prochaines années afin que les partages des pratiques soient encore plus importants.

Jérémy Van Ranst.1Jérémy Van Ranst (Journaliste-Chroniqueur AQUOPS 2015)

Équipe de Chroniqueurs Web
Équipe de Chroniqueurs Web
L'équipe de Chroniqueurs Web est composée d'étudiants en enseignement qui livrent leurs impressions sur leur participation au colloque de l'AQUOPS.

Comments are closed.