Classcraft : un mélange entre ClassDojo et World of Warcraft
1 avril 2015
Réflexion éthique et médias sociaux
2 avril 2015

Facile avec le libre

L’atelier 1503, « Des projets créatifs sans soucis : facile avec le libre », présenté par Annie Marois (RÉCIT local (C.s. des Découvreurs)) , par André Cotte (Carrefour Éducation), et par Joanne Tremblay (Carrefour Éducation), avait pour but de mettre les congressistes en action dans la création d’un livre numérique.

Pour se faire, tout au long de la séance, les animateurs mettent en avant l’existence des ressources libres qui pullulent sur le net. Avant de comprendre ce qu’est une ressource libre, selon eux il est essentiel d’intégrer le principe des droits d’auteurs. De manière simplifiée, ces droits d’auteurs existent sur tout ce qui se crée de façon générale comme des textes, des images, des sons, etc. Ce principe implique que les créateurs sont entièrement propriétaires de leur œuvre. Ainsi, pour réutiliser une création, il est obligatoire de demander la permission à son auteur.

« Imaginons que je veuille faire un tour en bateau sur le Fleuve St-Laurent, je vais devoir demander la permission au propriétaire pour emprunter son navire. » André Cotte. C’est le même phénomène qui doit se produire avec les créations de chacun. Néanmoins, au Québec, 50 ans après la mort du créateur, il est autorisé de réutiliser et de modifier toute œuvre voulue.

C’est alors qu’une équipe de spécialistes a mis au point des Licence Creative Commons (http://creativecommons.org/). Ce modèle propose une solution aux droits d’auteurs, qui parfois font mener la vie dure aux enseignants de tous niveaux confondus. Par un contrat (ou une entente), les auteurs permettent aux utilisateurs de reprendre leur œuvre mais sous plusieurs conditions. Ces dernières sont symbolisées par des pictogrammes au bas de la création, stipulant ainsi les recommandations de l’auteur, dont les plus connus sont :

 88x31

Ce modèle de liberté de diffusion promeut non seulement le partage des outils tels que des images ou des textes, de la part des auteurs mais également d’aller chercher les idées des autres. Des œuvres sous licence de Creative Commons sont appelées des ressources libres.

Pour en trouver, on peut commencer par le site de Carrefour Education sur lequel on trouve toute une série de ressources: banque d’images, de vidéos, de sons, de textes, etc. En cliquant sur http://carrefour-education.qc.ca/multimedia/autres_suggestions, on accède à l’interface qui va contribuer à notre recherche.

N’oublions pas notre objectif de départ, qui était de créer une histoire interactive. Venue tout droit du RECIT de la commission scolaire des Découvreurs, Annie Marois a proposé aux participants d’utiliser l’outil Tackk (disponible sur https://tackk.com/). Après avoir écouté l’expérience de cette animatrice vis-à-vis de ce produit Web, les congressistes se sont mis à la tâche en créant réellement leur propre histoire interactive. Grâce à cette interface, nous avons l’occasion d’insérer des images, des vidéos, des sons, et même des hyperliens.

Pour les intéressé(e)s

– Pour ceux et celles qui veulent utiliser des objets sous licence Creative Commons dans leur histoire, il est très important de noter les crédits en fin d’écriture du texte. Par crédits, les animateurs entendent le contrat (sous forme de pictogrammes) que l’auteur a placé sur son œuvre.

– Pour transférer et publier l’histoire sur l’ordinateur, ils nous conseillent d’utiliser le format Epub.

Chacune des créations (histoires interactives) sont mises ouvertement sur le site de Tackk.

Outils supplémentaires

Voici le document en ligne accompagnant les participants durant la séance. Ce lien comporte une richesse importante de ressources libres.

https://docs.google.com/document/d/1TsOPfB7WB9A3yzXka-Z0D104LuQqA-9dJbxKdc_EjiU/edit

Critique du journaliste

Cet atelier a tenu ses promesses dans l’atteinte de ses objectifs. En discutant avec les participants, je me suis rendu compte qu’ils avaient pour la plupart compris l’outil proposé et qu’ils ont su faire un ébauche d’histoire interactive de manière concrète.

Un seul bémol est que les animateurs avaient beaucoup de matière à nous partager sans forcément avoir le temps qui le permettait. C’est pourquoi, cet atelier mériterait au moins une matinée complète dans le planning afin que les congressistes puissent découvrir et essayer tous les outils utilisés.

IMG_20150401_100410 IMG_20150401_105415

Jérémy Van Ranst (Journaliste-Chroniqueur AQUOPS2015)

Équipe de Chroniqueurs Web
Équipe de Chroniqueurs Web
L'équipe de Chroniqueurs Web est composée d'étudiants en enseignement qui livrent leurs impressions sur leur participation au colloque de l'AQUOPS.

Comments are closed.