L'exploracamp, de l'innovation au leadership…en passant par la personnalité!

Manuel Sommets
13 avril 2017
Des pistes pour s’initier au détournement des technologies
14 avril 2017

L'exploracamp, de l'innovation au leadership…en passant par la personnalité!

C’est le ventre plein et un café à la main que je décide de me rendre à un atelier que j’attendais depuis longtemps: l’exploracamp. Sous la forme d’un «speed dating», où chaque conférencier dispose de 15 minutes chrono pour nous exposer le projet d’une vie, les 90 minutes promettaient d’être intéressantes ou du moins, instructives…
Le premier conférencier, Benoît Bellavance, a livré une performance à coeur ouvert, misant sur son vécu qui vaut la peine d’être raconté (et écouté). D’imposteur à leader, en passant par rédacteur d’examens et le tout, sans brevet d’enseignement, Mr Bellavance est l’incarnation vivante de la résilience professionnelle.
Ont suivi Florence Richer et Michel Choquette, deux super-héros à l’origine du projet «Fabrique Beaubois», un atelier de création novateur. De la broderie à la fabrication d’un moteur en passant par l’imprimerie 3D, la Fabrique Beaubois est un Makerspace qui prône une valeur on-ne-peut-plus actuelle: la responsabilisation d’un élève par la création. Pourquoi ne pas faire confiance à la créativité de nos élèves?
J’ai ensuite pu écouter Mr Normand Brodeur, qui, par le biais d’une présentation excessivement complète et étayée, a mis en évidence les avantages d’un aménagement de classe logique et conscient des besoins des élèves. «Je rêve d’un jour où la technologie sera complètement intégrée à notre quotidien; pourquoi le fait d’allumer notre ordinateur dans une classe ne relève pas du réflexe, comme ouvrir la switch de la lumière, par exemple?»
Le prochain participant, Mr Pierre Dufresne, travaille justement à l’intégration de cette technologies à nos routines d’enseignants, en prônant l’utilisation du Kanban, un outil de gestion, de planification et d’organisation visuel qui s’actualise en temps réel. En proposant simplement d’organiser nos post-its en les classant dans un tableau à trois colonnes, l’élève et l’enseignant disposent ainsi d’une planification visuelle de leurs tâches, ce qui rend plus facile la réorganisation et l’adaptation de l’horaire selon les besoins changeants de chacun.
Enfin, Jean-Philippe Gagnon, agent de développement pour le réseau québécois de CFER, m’a vissé sur ma chaise en détaillant la façon dont il s’y est pris pour dénicher une plateforme de gestion d’appareils électroniques (ou MDM – Mobile Device Management) afin de laisser le maximum d’autonomie à chacun des bénéficiaires des 400 Ipads offerts gratuitement aux écoles membres du réseau CFER. Distribuer des appareils électroniques est une chose, travailler pour que chacun des utilisateurs se responsabilise dans leur utilisation en est une autre; non seulement la méthode s’avère moins coûteuse pour le réseau, qui n’a pas à materner chacun des enseignants et élèves bénéficiaires, mais elle est également formatrice, en encourageant ces élèves et enseignants à se réseauter pour résoudre d’éventuels problèmes. En gros, l’union fait la force!

Chapeau à tous!

 

Nicolas Sériès

Comments are closed.