"/>

Michelle Rhéaume

photo de

Michelle Rhéaume

Directrice générale de l'AQUOPS


Mot de la directrice

Nous sommes tous des explorateurs, des Marco Polo de notre propre vie. Nous repoussons constamment nos frontières. À la naissance, notre monde se limite aux bras de nos parents, puis, dès les premiers pas, le territoire s’étend. Rapidement, le jardin, les rues, le parc, l’école deviennent la source d’incroyables découvertes!

À chacune de ces étapes, nous sommes accompagnés, on nous indique le chemin, ses dangers, et comment s’y repérer. Le long de la route de la soie, Polo a eu des mentors. Il a suivi son père et son oncle dans leurs missions. Il a appris aux autres, mais a surtout appris des autres. La transmission du savoir se faisait par le bouche-à-oreille, par les récits de voyageurs, par des livres patiemment recopiés et transportés d’un bout à l’autre du monde. Ainsi, ceux qui ne pouvaient pas se déplacer s’y référaient afin de voyager par leur imagination.

Plusieurs siècles ont passé. Les formes d’échanges se sont diversifiées et ont évolué en visioconférences, blogues, publications, etc, accélérant ainsi la transmission du savoir et décuplant la puissance du récit. Grâce aux nouveaux environnements technopédagogiques, l’apprentissage ne se fait plus exclusivement en classe et pendant le temps de classe. L’enseignement n’est plus unidirectionnel, mais coconstruit. Les frontières de lieux, d’idées, de classes, de disciplines se sont réduites à une peau de chagrin. Nos interactions faites sur la toile sont accessibles instantanément, peut-être même éternellement, abolissant ainsi la frontière du temps. Nous exposons aussi certains pans de nos vies, rendant floues les frontières entre l’intime et le public. Ces changements profonds de nos modes de communication sont exigeants et impliquent de nouveaux comportements. Il faut apprendre à coédifier une citoyenneté numérique qui permet de naviguer au travers des enjeux nouveaux et en devenir, de se poser les bonnes questions pour continuer notre infini voyage, en gardant l’attitude ouverte de l’explorateur et en s’adaptant continuellement aux changements. L’inimaginable quantité d’informations à laquelle nous avons tous accès et ce que nous pouvons en faire est un continent à explorer. C’est un monde si vaste qu’il nous paraît sans limites, sans frontières. Un monde aux mille merveilles, où, tout comme nous y avons appris à marcher, il faut apprendre à y naviguer. Parfois, nous aurons besoin d’être aiguillés, parfois, nous pourrons aiguiller à notre tour.

Les longs voyages peuvent s’avérer éprouvants, les chemins déroutants, les destinations trop lointaines. Il est bon de se retrouver dans des lieux où reprendre des forces, échanger et partager. Les forums et autres clavardoirs peuvent régulièrement satisfaire ces besoins. Les TIC sont d’inestimables prolongements de nos consciences, nous permettant de nous de connecter au reste du monde. Pourtant, nous n’en sommes pas moins humains, et les rencontres « IRL » apportent autre chose que les rencontres virtuelles. Pour aller de Venise à la cour de Kubilaï Khan, les Polo ont traversé plusieurs villes-étapes, lieux de rencontres et de ressourcements, où l’on se racontait des histoires, où l’on se donnait des conseils. Dans votre voyage à travers les TIC, le colloque de l’AQUOPS est l’une de ces villes-étapes où vous trouverez l’information pertinente, ou un guide, pour atteindre la prochaine localité, pour repousser vos frontières.

Bonnes rencontres, bon ressourcement, avant votre prochain départ!

Mes remerciements à l’équipe 2018