La citoyenneté numérique : la nouvelle préoccupation des enseignants?

Grand partage : les pratiques pédagogiques de professionnels innovants
7 mai 2017
Le Salon des exposants est maintenant ouvert!
12 septembre 2017

La citoyenneté numérique : la nouvelle préoccupation des enseignants?

Depuis ce dernier congrès, mon regard a quelque peu changé par rapport à l’utilisation des TIC en classe. En effet, depuis ma première participation à l’AQUOPS, j’ai passé ma « lune de miel » avec les différents outils que je ne connaissais pas encore. Je perçois toujours les technologies comme étant susceptibles de développer des habiletés et des stratégies diverses chez les élèves, mais leur usage ne me semble plus aussi infaillible qu’avant. À ce jour, j’ai pleinement conscience des effets plus négatifs qu’ils peuvent avoir, notamment en lien avec l’empreinte numérique que l’on laisse sur le web ou encore l’utilisation des réseaux sociaux chez les élèves. À cet effet, des questionnements ont émergé en moi en grande partie à cause de la conférence de Benoît Petit, Les TIC en ECR, où une SAÉ proposée consistait à faire comprendre aux élèves quels sont les enjeux entourant l’utilisation d’un « mur » Facebook. Voici donc mes interrogations : de quelle manière peut-on utiliser les TIC tout en présentant aux élèves les inconvénients et les précautions à suivre, sans les alarmer et sans les décourager de les utiliser? Quel est le rôle de l’enseignant dans cette formation par rapport à la citoyenneté numérique des élèves? Heureusement, une autre formation a pu me permettre de cogiter sur le sujet, à savoir Ludification, perfectionnement et citoyenneté numérique, animée par Caroline Dupuis et Julian Taylor.

Avant de m’étendre sur le contenu de cette présentation, il convient de traiter d’un fait important : même si les élèves semblent de plus en plus à l’aise avec la manipulation des technologies, ils s’en servent majoritairement de manière récréative. En fait, ils ne connaissent pas grand-chose par rapport au côté créatif de l’objet, soit comment l’utiliser pour développer de nouvelles connaissances, de nouvelles stratégies. Ainsi, malgré l’usage assez léger que les enfants font généralement des TIC, il faut toutefois les amener à réfléchir sur leurs usages, et cela commence par la formation des enseignants et une révision des programmes à ce sujet. En effet, dans le Programme de formation de l’École québécoise qui date de 2002, on considère que les technologies de l’information et de la communication prendront « de plus en plus de place dans notre quotidien » et que « [L’école] doit […] amener tous les élèves à diversifier l’usage qu’ils font [des TIC] et à développer un sens critique à leur endroit. » (PFEQ, 2002) Cette mission que se donne l’école est encore d’actualité aujourd’hui, mais très peu d’outils semblent rendus disponibles aux enseignants. À cet effet, les animateurs ont présenté un projet visant à former les enseignants sur la citoyenneté numérique, afin de comprendre d’abord ce que comporte une utilisation efficace et éthique des TIC, et ce, pour l’enseigner plus tard aux élèves. Il s’agit du programme Apprendre ensemble qui propose aux enseignants des formations en ligne leur permettant d’obtenir des badges numériques pour témoigner de cette formation reçue. Dans le même ordre d’idées, au cours de la conférence de Dupuis et Taylor, des participants parlaient de programmes qui ont été mis en place dans leur école afin d’aborder les divers thèmes de la citoyenneté numérique à  travers tous les cycles, en enseignant des sujets différents selon le cycle pour éviter la répétition (ex : sécurité en ligne, plagiat en ligne et droit d’auteur, cyberintimidation, etc.). Il s’agit d’une belle initiative du personnel enseignant pour enseigner des contenus et des stratégies tout à fait utiles dans la vie de citoyen numérique des élèves. Il existe également la plateforme Citoyenneté numérique qui propose des activités clé en main classées selon différentes composantes de la citoyenneté numérique qui peuvent servir à éduquer les élèves sans exiger trop de recherche ou de planification supplémentaire à l’enseignant.

Par exemple, une activité présentée au cours de la conférence pourrait très bien convenir à des élèves de 2e cycle (elle est d’ailleurs présente sur le site de Citoyenneté numérique) : il s’agit de l’apprentissage de la création d’un mot de passe sécuritaire avec le site howsecureismypassword.net. C’est très simple : on tape un mot de passe sur la page du site et on nous dit instantanément combien de temps il serait nécessaire à des pirates informatiques pour le découvrir. L’activité consisterait donc à trouver le mot de passe qui serait le plus long à « cracker ». Par exemple, le mot de passe « carotterouge123» prend 6 milliards d’années à trouver, d’après le site.

En bref, cette conférence m’a permis de comprendre que la citoyenneté numérique devrait être un enjeu central dans la refonte des programmes et qu’entre-temps, les enseignants doivent éduquer leurs élèves pour ne pas que ces derniers aient de mauvaises surprises avec les TIC, notamment avec les réseaux sociaux. À suivre!

 

Article rédigé par Catherine Bernier, équipe journalisTIC


 

LIENS : 

  • Présentation drive de la conférence : Plusieurs outils intéressants pour la formation des enseignants : http://monurl.ca/ludi

 

Équipe JournalisTIC
Équipe JournalisTIC
L'équipe JournalisTIC est composée d'étudiants en enseignement qui livrent leurs impressions sur leur participation au colloque de l'AQUOPS.

Comments are closed.